Dévoiler l’abîme

tumblr_nnoee5zBhp1r2d8pzo1_1280  a

   a

… pour ne point éprouver le fond de désert et de soif, l’esprit s’agite : Ce ne sont qu’objets, projets, travaux, changements, plaisirs, espoirs et craintes, battements de cœur, mille battements d’ailes pour trouver sans cesse un nouveau point d’appui.

Aller de l’avant, à pas précipités : c’est une fuite. Prendre de la hauteur : c’est une chute. Tout est bon qui voile l’abîme.

Qui s’arrêterait à le contempler tomberait peut-être dans le bonheur comme une pierre.

a

 a  

Jean Sulivan in « Mais il y a la mer », Gallimard, 1964

   a

a   

   a